Monemvasia

Château et Assiégeants
 
En 375 après J.C. un séisme au sud-est de la Laconie actuelle a découpé la presqu’île connue comme « Akra Minos » (la pointe de Minos) en formant un rocher destiné à rester impérieux dans la mer et immuable dans l’éternité, forteresse naturelle, protecteur des âmes, un désir proclamé des plus grands empires que la planète à jamais connue. Ce rocher, chemin de la civilisation mycénienne et minoenne jadis, grâce au seul et unique accès qui rejoint le Péloponnèse, a été appelé Monemvasia.
Empereurs, rois, doges, sultans, tous avaient un fort désir de conquérir Monemvasia.Ils enviaient de l’encadrer dans leur sphère d’influence et d’en tirer profit de ce centre de transit et de commerce d’importance géostratégique majeur. Monemvasia a fait résistance, ne se soumettait guère – Guillaume Vileardouin l’a assiégé pendant trois ans pour la rendre enfin au Byzan en 1263 – et est arrivée aujourd’hui au point d’être considérée une des préférables destinations pour ceux qui veulent s’échapper des passions de la vie contemporaine et voyager dans le temps de l’histoire, du romantisme et des émotions. Ceci est vite aperçu dés l’entrée captive par la porte centrale, ou passant en dehors de la maison du fameux poète Yanni Ritso résonne la « Sonate du claire de lune ». En escaladant les petits chemins de pierre que le temps et les myriades de visiteurs ont sculptées, nous ressentons profondément l’appel du passé et nous sommes impatients à connaître l’histoire. Notre imagination s’exalte par la variété d’origine et d’architecture des constructions avec les 40 églises qui se trouvent en avant, parmi lesquelles l’ Elkomenos Cristos, la Métropole du château, la Sainte Vierge Mirtidiotissa, et la Sainte Vierge Hriçafiotissa peinte toute en blanc devant la place « Megali Tapia », où se trouve le temple musulman lequel loge la Collection Archéologique de la ville. Juste un peu plus bas de la place le curieux visiteur pourra découvrir le « Portelo », la seule sortie vers la mer.
Les petits magasins de divers couleurs avec leurs souvenirs, mais aussi les hospices courtois et les appartements qui se trouvent au château constituent une occasion de première classe, afin de passer la nuit en jouissant de la jolie brise du légendaire rocher. En arrivant à la pointe (« Goulas ») après un trajet montant et hélicoïdale, facile à atteindre même pour les non habitués et après avoir passé par « Ano Poli » (la ville d’en haut), vous rencontrez la dominante église de la Sainte Sophie, un monument qui se trouve là depuis le XII éme siècle. La vue de « Mirto » vous récompense d’avantage, tandis que l’air frais et l’admirable paysage comblent vos sensations.
...Certains l’ont appelée le Petit Gibraltar, d’autres Venise de l’Orient. Ce qui est sure, c’est que Monemvasia possède sa propre beauté authentique et un mystère lequel vous êtes toujours évoqués à découvrir.

 

Photo Gallery

Hotel Malvasia
Monemvasia
Hospice Traditionnel
Ardamis
Château de Monemvasia

 



Où se baigner - Ballades

Vous pouvez vous baigner aux merveilleuses plages de « Gefira », à « Pori », à « Kasraki », à « Ksifia », à « Kastela », à « Agio Foka », à « Livadia » et à « Hounaria ». C’est l’occasion de faire une ballade vers Gerakas et son petit port, où se trouvent les restes de l’ancienne ville de Zarakos.

Saveurs

Monemvasia comme toute la Laconie est pleine de saveurs. Ne la quittez pas avant de savourer les fameux amigdalota (gâteaux aux amandes) et pourquoi pas d’en ramener avec vous pour offrir aux amies et à la famille. Les grecs ont l’habitude de dire que « le vin réjouit le cœur », ne manquer pas donc, de déguster le vin sucré « Malvasia », connu dans le monde entier et qui fait de nos jours partie de la table de chaque dégustateur. N’oubliez pas avant tout, de goûter les poissons frais de la région spécialement les rougets que vous trouverez dans les nombreuses tavernes et restaurants de très bonne qualité.