Mistra

Impérial grandeur

En 1989 Unesco reconnaît Mistra comme un bien culturel au patrimoine mondial vu son passé remarquable et son histoire unique. Guillaume II Villehardouin a mit Mistra au centre des conquêtes impériales en introduisant une glorieuse période historique qui s’est terminée après six siècles dramatiques. En 1249, le prince des Francs a construit le château sur la colline de Mizithra d’où vient le nom du château. Suite à ceci cette région est devenue une des plus importantes de la période post-byzantine.
Pendant deux siècles et suite à sa soumission à l’empire Byzantin en 1259, et après avoir passé par la dynastie des ¨Katakouzinos¨et des ¨Paléologues¨, Mistra deviendra le centre du « Despotat du Morée ». Au comble de sa gloire au 15éme siècle, la ville de Mistra deviendra le berceau des lettres et des arts qui réunira des érudits, des philosophes et des personnalités à la portée de Georges Gemistos Pléthon, un néoplatonicien qui a fondu la faculté des lettres et qui a laissé son empreint pour les prochaines générations.
La constitution de Mistra en trois zones (la ville d’en haut, d’en bas et des environs) donne au visiteur la possibilité de voyager dans le temps et d’admirer l’architecture, l’art et les fresques d’importants créateurs qui sont représentés aux monuments, aux palais et aux églises, tous conservés jusqu’à nos jours.
A la ville d’en haut vous serez impressionnés par l’image des palais construits entre le 13éme et le 15éme siècle. Plus haut se distingue le temple de la sainte Sophie. A la ville d’en bas domine le temple saint Dimitri, frissonnant encore dans nos mémoires le 6 janvier 1449 lorsque le dernier empereur, Constantin XI Paléologue, a été couronné avant de tomber au champs d’honneur le 29 Mai 1453 à la chute de Constantinople. L’interminable chaîne de temples comprend aussi les « Saints-Théodores », la « Sainte-Odigitria » (la patronne), l’  « Evangelistria », la « Padanassa » avec son décor unique, le « Saint-Jean des Buffles » où vous pouvez apaiser votre soif à la fontaine construite par les pèlerins de l’époque, la « Sainte-Barbe », et finalement le « Saint-Georges ». La liste est vraiment interminable. Au couvent de « Zoodohou Pigi » dans la région du Taygète les colonies de vacances de la Sainte Métropole de Monemvasia et de Sparte ont trouvé l’endroit idéal.
Au château des Francs qui se trouve à la pointe de Mistra vous pouvez admirer la pleine Lacédémone et le mont Taygète. C’est une bonne occasion pour les randonneurs de découvrir les pavés historiques au départ de Parori, de Tripi et d’autres petits villages de Mistra afin de rejoindre les sommés de Taygète. Ne manquez pas de visiter le musée archéologique de Mistra qui se loge dans un bâtiment tout en pierre de deux étages, construit en 1754 et qui sélectionne un grand nombre d’anaglyphes, de manuscrits et d’ornements. Au centre de Mistra vous pouvez trouver un choix de souvenirs et de nombreuses chambres à hotes. En ce qui concerne les manifestations culturelles, les fameux « Palaiologia » sont organisés une fois par un au nom du dernier empereur de Mistra, Konstantin Paléologue.
Et si vous êtes persuadés d’avoir tout vu … vous faites erreur !!! 

 

Photo Gallery

Hotel Pyrgos Mistra
Mistra Laconie
Hotel Anavriti
Mistra Laconie